l’Indonésie en opération de charme, c’était lors d’un forum mardi à Douala, en prélude à un salon international B2B prévu à Jakarta en octobre prochain.


Partager cette actualité :

Avec un taux de 0,01%, le volume des échanges commerciaux entre l’Indonésie et le Cameroun est presque inexistant. Le deuxième Etat est classé 112e dans le commerce international du premier. Un vide à combler et un champ infini de possibilités donc, que le Tigre asiatique, membre des NPE (Nouveaux Pays Exportateurs), compte bien explorer.

D’où l’organisation par une entité du ministère indonésien du Commerce, l’Indonesian Trade Promotion Center (ITPC), basée à Lagos au Nigeria, d’un forum économique le 14 août dernier à Douala, en présence du gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua.

Ce forum est un prélude à la 33e édition du Trade Expo Indonesia (TEI) qui se tiendra dans la capitale Jakarta du 24 au 28 octobre 2018.

Il était donc question de présenter les opportunités d’affaires qu’offre ce salon international B2B (business-to-business) en particulier, et l’Indonésie en général, pour les acteurs économiques camerounais. Et Bagus Wicaksena, le directeur de l’ITPC Lagos, compte sur deux facteurs pour inciter les opérateurs du triangle national à aller vers leurs homologues indonésiens : des prix compétitifs et des produits respectant les standards internationaux.

Le TEI 2018 sera ainsi l’occasion pour la délégation camerounaise d’avoir des échanges directs avec les fournisseurs d’Indonésie. A travers une série d’activités : exposition ; forum sur le commerce, le tourisme et l’investissement ; jumelage d’entreprises ; discussion régionale ; talk-shows…

Et selon Raoul Ruben Njionou, consul honoraire de la République d’Indonésie au Cameroun, ces échanges présentent un double avantage pour les businessmen de l’Afrique en miniature. D’abord, voir quelles sont les opportunités qui peuvent s’offrir à eux sur le marché indonésien. Un marché immense, pour un Etat qui compte 261,1 millions d’habitants, soit plus de dix fois la population camerounaise.

A ce propos, Simon Tumanggor, vice-directeur de l’ITPC Lagos, pose les besoins les plus pressants de son pays : « Nous avons besoin de votre coton et de votre cacao ». D’ailleurs, en 2017, l’Indonésie a importé du cacao camerounais pour 3 millions de dollars, soit environ 1,5 milliard F.

L’autre avantage du TEI, c’est l’expérience que les opérateurs camerounais vont pouvoir acquérir auprès de leurs homologues, citoyens du premier producteur mondial d’huile de palme. Une expérience dans divers secteurs : agriculture, industrie pharmaceutique, textile, nouvelles technologies, infrastructures, tourisme, etc.

https://www.cameroon-tribune.cm/articles/21814/fr/partenariats-%C3%A9conomiques-l-indon%C3%A9sie-en-op%C3%A9ration-de-charme

 

Commentaires