MINEPAT ET COMMUNAUTÉ URBAINE DE DOUALA EN CONCLAVE.


Partager cette actualité :

 La planification de la 2ème phase de la vision 2035 du DSCE à l'ordre du jour. 

Le DCSE entendu Document Stratégique pour la Croissance et l'Emploi planifié de 2010 à 2020 avait pour objectifs de: 
X Relever la Croissance à un niveau moyen de 5%
X Ramener le sous-emploi de 75,8 à moins de 50% en 2020
X Ramener le taux de pauvreté autour de 28% en 2020 et 
XAtteindre les OMD à l'horizon 2020.
Étant rendu à la veille du terme de la décennie 2010-2020, une évaluation du DCSE a été effectuée dans la
 perspective de préparer la phase 2020-2030.
Il est question ici de mettre véritablement le Cameroun sur le sentier de l'émergence à travers la planification du développement du pays sur la base d'une population d'environ 40 millions d'habitants. Ce qui ferait du Cameroun, un pays à revenu intermédiaire de la tranche haute, engagé dans une phase véritable d'industrialisation devant le conduire vers la modernisation urbaine. Dans ce vaste chantier, la Ville de Douala, capitale économique et ville majeure du Cameroun est consciente du rôle qu'elle est appelée à jouer pour l'atteinte des objectifs de son pays d'appartenance. Avec un besoin crucial d'espaces à aménager pour le bien-être de ses populations et la nécessité d'une capacité économique de près de 1500 milliards pour financer son développement, la Ville de Douala fait partie intégrante du vaste programme de modernisation des grandes métropoles du Cameroun devant bénéficier d'un chapitre budgétaire plus important.
C'est dans le cadre de la visite de travail effectuée par des experts venus du Ministère de la Planification et de l'Aménagement Territoire du 08 au 09 août 2019, que l’on est parvenu a ces conclusions. 
Pour faciliter ce travail de planification, deux présentations ont spécifiquement été faites par deux experts de la CUD, notamment, le Sous-Directeur des Études et de la Planification Urbaine et le Chef de Projet Mobilité. Celles-ci, assez exhaustives  témoignent à suffisance de la Forte implication de Douala dans la course vers l'émergence. 
Au terme des échanges, il est établi que la nouvelle vision réside dans la transformation de Douala en Ville productive, fonctionnelle et durable. Au compteur des projets structurants nécessitant un financement prioritaire, on a pu enregistrer: la mise en oeuvre du Plan de Mobilité Urbaine Soutenable (PMUS), la finalisation de l'autoroute Douala-Yaoundé en 2020, la construction du nouveau pont sur la Dibamba, l'Aménagement de voies de contournement liant Douala à Dibombari depuis Dibamba, l'Aménagement de rocades et la construction d'un troisième pont sur le Wouri, pour ne citer que ceux-là.
Le financement étant au cœur de la problématique du développement de Douala, les incompréhensions entre l'administration centrale et les collectivités résident dans le fait que les investissements majeurs inscrits ne constituent pas forcément ceux qui font aboutir la vision stratégique.
Aussi, les parties en présence sont convenues de «penser global et d'agir local» en vue d'arrimer les collectivités locales à la vision globale.

Commentaires